About

Fabrizio Bajec, de nationalité franco-italienne (1975), après des études de langue et littérature française en Italie, à l’Université de Viterbo (thèse de doctorat sur la révision du genre autobiographique), s’établit à Paris où il enseigne depuis 2008. Il est poète, auteur dramatique, et traducteur de William Cliff (Il pane quotidiano, 2007, et Poesie scelte, 2015), ainsi que de dramaturges comme Christophe Pellet, Jean-Marie Piemme, et Adam Rapp. Son premier recueil, Corpo nemico, paraît en Italie dans le « Huitième cahier de poésie italienne contemporaine » (2004). Une deuxième plaquette, Gli ultimi, est publiée en 2009, suivie d’un recueil plus ample, Entrare nel vuoto (2011, finaliste aux prix Giosuè Carducci, Giuseppe Dessì, et Città di Marineo). Il a écrit pour la scène des pièces représentées à Milan, Rome, Viterbo, parmi lesquelles Aiuto (2005), Ouverture (2006), Électre (2007), Rosario (2007), La Donna che ride (finaliste au prix Betti 2006). Sa première pièce écrite en français, Rage, est mise en espace par les élèves de l’INSAS, sous la direction de David Strosberg, au Théâtre national de Bruxelles, en 2009, dans le cadre du festival de dramaturgie « Écritures » et paraît aux éditions tituli en 2017. Entrer dans le vide, (Le Fram, 2012), premier recueil écrit en français, présente de nombreuses différences avec la version italienne, tant au niveau de la structure que du contenu. Loin de Dieu, près de toi (L’Âge d’homme, 2013) sort en version bilingue. La cura (Fermenti, 2015) est son deuxième livre de poésie. Le recueil La collaboration (tituli, 2018) sera suivi d’une version en italien.

De 1999 à 2006 il écrit de nombreuses critiques et quelques essais sur la poésie pour la revue militante « Annuario di poesia » (Castelvecchi editore), dirigée par Giorgio Manacorda et Paolo Febbraro. Cette publication reste une référence pour la critique littéraire italienne (entre 1994 et 2012).

En 2015 il signe un essai sur son expérience de l’auto-traduction, dans la revue « Transalpina », Université de Caen.

Plusieurs revues ont accueilli ses poèmes, telles que « Nuovi Argomenti », , « Le Fram », « Poésie Première », « Europe », « Le journal des poètes », « Décharges », « A l’indexe », et des sites littéraires tels que « Le parole e le cose », « Officina Nuovi Argomenti », « L’estroverso », « Nazione Indiana », « Ce qui reste », « Révolution Permanente », « Sitaudis », ainsi que des anthologies de la nouvelle poésie italienne : Samizdat (2005, Castelvecchi), Mosse per la guerra dei talenti (Fara, 2007), Poesia d’oggi (Elliot, 2016).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :